Quoi utiliser pour quoi ?

L’escholtzia. En 2015, l’Agence européenne des médicaments (EMA), reconnaît l’usage traditionnel de l’escholtzia pour aider à l’endormissement et faciliter le sommeil.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'eschscholzia
L’escholtzia. En 2004, un essai clinique montre qu’un mélange d’escholtzia avec de l’aubépine et du magnésium améliore l’anxiété des patients. En 2015, l’Agence européenne des médicaments (EMA) reconnaît l’usage traditionnel de l’escholtzia pour soulager les symptômes légers du stress.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'eschscholzia
Le Ginseng. L’Organisation mondiale de la santé, la Coopération scientifique européenne en phytothérapie et la Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage du ginseng pour « améliorer les capacités physiques et mentales lors de périodes de fatigue, d’épuisement, de difficultés à travailler et à se concentrer ». Le ginseng semblent capables d’augmenter le taux de l’hormone qui nous permet de réagir au stress dans le sang (le cortisol). Il est préférable prendre le ginseng le matin pour éviter les insomnies. Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le ginseng
La valériane. L’Agence européenne du médicament et les Instituts nationaux de la santé américains considèrent l’usage de la valériane pour « les troubles du sommeil » comme « scientifiquement bien établi ». La Commission E, l’ESCOP et l'Organisation mondiale de la Santé reconnaissent l'usage de la valériane pour traiter les troubles du sommeil qui découlent de l'agitation nerveuse et l'anxiété. L'Organisation mondiale de la Santé reconnaît son efficacité sur la qualité du sommeil, en particulier sur les phases de sommeil dit léger. En effet, des études ont montré que le nombre de réveils nocturnes ne semble pas diminué, mais la qualité des phases de sommeil dit « léger » est améliorée. Par ailleurs, la valériane semble faciliter l’endormissement, mais ce n’est qu’après quatre semaines d’utilisation que les effets bénéfiques se font sentir. En revanche, la recherche clinique n’a pas réussi à démontrer l’efficacité de la valériane pour traiter l’insomnie. Les personnes ayant pris des extraits de valériane ressentent une amélioration de leur sommeil et une diminution de la fatigue.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur la valériane
Peut-être la rodiole. Il existe de nombreuses études sur le sujet dont la plupart souffrent de faiblesses méthodologiques et d’interprétation. Néanmoins ces études poussent à approfondir la question et une étude de 2019 (cette fois-ci avec placebo) montre que la rhodiole a amélioré de façon significative l’état de personnes se plaignant de fatigue causée par le stress.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur la rhodiole
La valériane. L’Agence européenne du médicament et la Coordination scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage de la valériane comme « scientifiquement bien établi » pour « soulager la tension nerveuse légère ».
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes

Lire l'article sur la valériane
On pense que le Ginseng peut être efficace dans certains cas. Dans des essais en laboratoire sur des cultures de cellules et chez l’animal ont montré que les extraits de ginseng stimulaient certaines cellules de l’immunité (les lymphocytes) et les faisaient produire des substances capables de neutraliser certains virus. Par ailleurs, les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « fondé sur de bonnes évidences scientifiques » l’usage du ginseng dans « la stimulation du système immunitaire dans le cadre des infections respiratoires ».

Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le ginseng

Le curcuma répond à ces critères. La Commission E, l’Organisation mondiale de la Santé et l’Agence européenne du médicament reconnaissent l'efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs, comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d'appétit ou les sensations de lourdeur. Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le curcuma
L’artichaut. Des études ont confirmé l’effet bénéfique de l’extrait d’artichaut pour soulager les malaises digestifs reliés à un mauvais fonctionnement de la vésicule biliaire et du foie. En effet l'artichaut a la propriété de faire augmenter la production de bile, ce qui facilite la digestion.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'artichaut
L’artichaut. La dyspepsie correspond à un ensemble de symptômes de douleurs dont l’origine se situe dans la région de l'estomac. Ces troubles peuvent être fréquents, chroniques ou ponctuels et peuvent être liés à des causes variées. La Commission E reconnaît l'usage des feuilles d'artichaut pour traiter la dyspepsie. En effet, plusieurs études ont permis d'observer que le traitement aux feuilles d'artichaut atténuait sensiblement les symptômes associés à la dyspepsie, sans pour autant causer d'effets indésirables notables.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'artichaut
On pense que le Ginseng peut être efficace dans une certaine mesure. L’Organisation mondiale de la santé considère (OMS) comme « traditionnel » l’usage du ginseng dans le traitement « du diabète de type 2 » alors que les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « fondé sur de bonnes évidences scientifiques » l’usage du ginseng dans « le contrôle de la glycémie en cas de diabète de type 2 ». Quelques études cliniques suggèrent un effet régulateur sur la glycémie des personnes souffrant de diabète de type 2. Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le ginseng
L’harpagophytum . L’Organisation mondiale pour la santé reconnaît comme « cliniquement avéré » l’usage de l’harpagophytum « dans le traitement des douleurs liées aux rhumatismes ». L’Agence européenne du médicament et La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage traditionnel de l’harpagophytum « pour soulager les douleurs articulaires mineures ». L’harpagophytum a fait l’objet d’études cliniques qui semblent indiquer que l’harpagophytum soulage les douleurs articulaires légères à modérées, et diminue la raideur des articulations atteintes par l’arthrose. Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'harpagophytum
L’harpagophytum. La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage traditionnel de l’harpagophytum dans « le traitement symptomatique de l’arthrose douloureuse ». De nombreuses études ont été effectuées pour vérifier l’efficacité de l’harpagophytum contre les douleurs arthritiques et plusieurs indiquent que la plante est efficace pour réduire les douleurs causées par l’arthrose.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'harpagophytum
L’harpagophytum. La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage traditionnel de l’harpagophytum dans « le traitement symptomatique des douleurs lombaires ». Les résultats de plusieurs essais cliniques indiquent que la racine de l’harpagophytum peut réduire les maux de dos et soulager les douleurs lombaires aigües.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur l'harpagophytum
Peut-être la cannerberge. Plusieurs études semblent indiquer que la canneberge peut contribuer à l’élimination d’Helicobacter pylori, un germe responsable des ulcères gastriques et duodénaux, en complément des antibiotiques et des antiulcéreux. Dans un avis publié en avril 2012 , les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « fondé sur de bonnes évidences scientifiques » l’usage de la canneberge « dans le traitement des ulcères de l’estomac et du duodénum dus à Helicobacter pylori ».
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur la canneberge
Le gingko biloba. En effet, de nombreuses études cliniques ont conclu que les extraits de ginkgo soulagent les symptômes de démence sénile lorsque celle-ci n’a pas d’autres causes que le vieillissement. Les extraits de feuilles de ginkgo ont fait l’objet de plus de quatre cents études cliniques dans diverses domaines. L’Organisation mondiale de la santé et La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaissent comme « cliniquement prouvé » l’usage des extraits de feuille de ginkgo dans « le traitement symptomatique des déficits cérébraux légers à modérés liés à la démence sénile : pertes de mémoire, troubles de la concentration, dépression, vertiges, acouphènes ou maux de tête sans autre cause connue que le vieillissement ». En laboratoire, les substances issues du ginkgo ont montré des effets protecteurs sur les parois des vaisseaux sanguins en fluidifiant le sang.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le gingko
Peut-être le grand plantain. La substance végétale à consistance visqueuse (mucilages) dont le grand plantain est pourvu, contribuerait à calmer les irritations en raison de ses qualités à relâcher les tissus (émollient). Par ailleurs un composé du grand plantain (l’aucubine) a des effets anti-inflammatoires et antibactérien. Mais ce composé est efficace que lorsqu’on utilise la plante fraîche ou sous forme de macération à l’eau froide.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le grand plantain
Le Grand plantain. Des études ont confirmé l’efficacité du grand plantain pour le traitement des symptômes de la bronchite chronique, notamment de la toux, grâce à un composé du grand plantain (l’aucubine) qui a des effets anti-inflammatoires.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur le grand plantain
La vigne rouge. Il a été confirmé que la vigne rouge à un intérêt dans le cas des œdèmes du bras liés aux traitements du cancer du sein, les œdèmes provoqués par des interventions chirurgicales ou les œdèmes provoqués par la radiothérapie anticancéreuse. En effet, un traitement à la vigne rouge permet de réduire ces types d’oedèmes. Selon des chercheurs, l’extrait pourrait contribuer à contrer la progression de la maladie. Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur la vigne rouge
La vigne rouge. L'Agence européenne des médicaments (EMA) défini l’usage de la vigne rouge comme « traditionnellement établi » pour « soulager les symptômes d’inconfort et de lourdeur des jambes liés aux troubles circulatoires veineux mineurs » et recommande que la durée d'un traitement par la vigne rouge pour les jambes lourdes ne dépasse pas quatre semaines. Une consultation est nécessaire si les symptômes persistent. Des essais cliniques concluants ont démontré l’efficacité des extraits de pépins de raisin pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse et des varices.
Attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé pour l’utilisation de plantes.

Lire l'article sur la vigne rouge
Haut de page