Le dépistage


Le Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe, répond à votre question.

Le Pr Thierry Petit, Chef du département d'oncologie médicale à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe, répond à votre question.



Il ne faut pas hésiter à consulter si l’on observe quelque chose d’anormal au niveau du sein. Il peut s’agir d’un nodule, d’une rétraction de la peau, d’un changement du mamelon, d’un écoulement inhabituel du mamelon ou bien encore d’un ganglion sous le bras.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

L’auto-examen du sein consiste à se palper les seins après les règles et à les examiner dans un miroir (à une fréquence variable selon les risques de la personne).
C’est un complément utile au dépistage mammographique.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

Lorsque les seins sont denses (c’est souvent le cas chez les jeunes femmes), le sein peut être « granuleux », ce qui peut rendre l’auto-examen des seins difficile.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

Pour la population générale, le dépistage organisé est proposé aux femmes ayant entre 50 et 74 ans.

Chez les femmes à haut risque génétique, il est nécessaire de commencer un dépistage individuel à partir de 30 ans. Pour les femmes qui n’ont pas de risque particulier, le dépistage avant 40 ans est peu utile. Et à partir de 74 ans, le risque de cancer du sein est toujours présent et la pratique d’une mammographie tous les 2 ans est conseillée.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.


M. Nicolas Taris, Conseiller génétique à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe, répond à votre question.
Il existe deux dépistages.

Le dépistage organisé
concerne les femmes entre 50 et 74 ans. Il comporte un examen clinique des seins, une mammographie parfois complétée par une échographie. Son interprétation passe par une double lecture des mammographies.

Le dépistage individuel 
s’adresse à des femmes ayant des risques particuliers. Il peut commencer plus tôt, être réalisé de manière annuelle et comporter parfois une IRM mammaire.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

"Les médecins généralistes, les gynécologues obstétriciens, les radiologues… assurent de manière très régulière des consultations de prévention," énumère le Pr Carole Mathelin. Il ne faut pas hésiter à poser vos questions à votre gynécologue ou votre médecin généraliste lors d'une consultation. 

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

 

Ces consultations de prévention s’intègrent le plus souvent dans les consultations des généralistes, gynécologues-obstétriciens…

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

 

Les mammographies sont réalisées par des radiologues. "Ce sont les femmes qui choisissent leur radiologue", rappelle le Pr Carole Mathelin. "En cas de nécessité, des listes peuvent être fournies par les structures de dépistage".

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.


Le Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe, répond à votre question.

Dans le cadre du dépistage organisé il n’y a pas d’avance de frais pour la mammographie.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

La réalisation d’une mammographie nécessite la compression des seins. Celle-ci peut entraîner un inconfort et dans de rares cas une douleur passagère.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

Lorsque le radiologue dépiste une anomalie, il procède généralement à un petit prélèvement (microbiopsie).
Cet examen nous donne le diagnostic de cancer ou de maladie bénigne. Selon la nature du diagnostic, une prise en charge par un centre spécialisé est conseillée.

 Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

Il est important de consulter son médecin référent qui va procéder à une demande d’Affection de Longue Durée (ALD) auprès de l’Assurance Maladie.
Il va également conseiller à la patiente de consulter dans un centre spécialisé afin que soit discutée la prise en charge.
La patiente reçoit à ce moment-là un plan personnalisé de soins (PPS). 

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.

 

Toutes les lésions cancéreuses ne sont pas détectables à l’échographie, en particulier les carcinomes in situ ou les petits carcinomes invasifs.

Nous avons posé votre question au Pr Carole Mathelin, Chef de service Chirurgie à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe.


Le Dr Camille Martel, gynécologue à l'ICANS - Institut de cancérologie Strasbourg Europe, répond à votre question.
Haut de page