La phytothérapie en 5 questions

 La phytothérapie est la plus ancienne forme de médecine. Elle est basée sur l’utilisation d’extraits de plantes pour en utiliser leurs principes actifs naturels pour prévenir ou soigner certaines problématiques.

Le terme signifie en grec “Soigner par les plantes” car “Phytos” signifie plante et « therapeuo » qui signifie soigner.
Avec l’avènement de l'industrie pharmaceutique qui est capable de synthétiser artificiellement des principes actifs, les plantes médicinales, jugées moins actives et fiables ont longtemps été écartées.

Malgré cela, on estime que 25% des médicaments actuels sont élaborés à partir d’une base végétale. Aujourd’hui encore la morphine est extraite du pavot et l’aspirine est issue du saule.

La phytothérapie est considérée par l’Organisme Mondiale de la Santé (OMS) comme une médecine conventionnelle.
L’usage des plantes en médecine date de plus de 5000 ans ! En effet les Sumériens utilisaient déjà des plantes telles que le thym ou le saule. Des recueils qui datent de l’Egypte ancienne consacrés aux plantes médicinales et les modes d’utilisation ont été trouvés. Hippocrate, père de la médecine, vantait les propriétés curatives des herbes. Les Grecs et les Romains utilisaient également de nombreuses plantes pour des soins médicaux.
Jusque fin XIXe, les plantes représentaient la majorité de la pharmacopée en Europe.


Mais lors de l'avènement de la chimie moderne, les plantes furent supplantées, car les médicament de synthèse étaient plus simples d’utilisation. Le diplôme d’herboriste en France à été supprimé en 1941 par le gouvernement de Vichy.  Depuis une trentaine d'années en France, la phytothérapie recommence à être abordée et la France réintroduit l’usage de la plante médicinale comme moyen de base pour traiter les patients.
Les principes actifs de certaines plantes ont des effets réels mais les herbes ne guérissent pas tout. On utilise généralement les plantes de deux façons. Soit pour l’extraction de ses principes actifs destinées à des fins thérapeutiques majeures tel que la prise en charge de la douleur (morphine) ou le traitement du paludisme (artémisinine). Soit au naturel sous divers forme (poudres, extraits, infusions etc.) pour une utilisation dans dans le cadre de pathologies mineures ou en thérapeutique d’appoint. Il n’est pas rare de trouver des médicaments formulés exclusivement à base de plantes.

Les médicaments de phytothérapie sont généralement prescrits en cas de palpitations, de troubles liés à l’anxiété, de jambes lourdes, de troubles digestifs ou de fatigue, entre autres. La phytothérapie peut également jouer un rôle en tant que complément de traitement lourd pour aider l’organisme du patient à mieux le supporter.
Les plantes médicinales existent sous différentes formes. Pour un usage externe en lotion, bain, fumigation (faire bouillir ou brûler des plantes et en respirer les vapeurs) ou en usage interne en infusion, décoction, macération, plante séchée réduite en poudre, en gélules, préparations alcooliques ou préparations huileuses…

En France depuis les années 1980, les médicaments à base de plantes bénéficient d’une Autorisation de mise sur le marché (AMM) qui donne au consommateur des garanties de qualité et d’innocuité (absence d'action nuisible). Il y a 192 plantes figurant sur une liste. Ces médicaments à base de plantes sont conçus pour être utilisés sans l’intervention d’un médecin et pour être administrés selon un dosage et une posologie spécifiée. L’indication thérapeutique doit être précédée de la mention « traditionnellement utilisé dans » pour attester du fait que ces indications n’ont pas été rigoureusement démontrées.

Dans tous les cas, attention à l’automédication, l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien est vivement conseillé.
"Naturel" ne signifie pas "sans danger" car les principes actifs des plantes ne sont pas sans risque. Il faut impérativement demander l’avis d’un médecin avant de traiter avec la phytothérapie les moins de 18 ans, les femmes enceintes et pour l’allaitement. Il y a beaucoup d'interactions possible avec d’autres plantes ou des médicaments, c’est pourquoi il est recommandé de demander l’avis de votre médecin et de votre pharmacien. En effet ce que l’on trouve dans la nature peut être toxique voire mortelle. Après tout le terme pharmacie vient du grec pharmakôn qui signifiant à la fois le remède et le poison.
N’utilisez pas les plantes sans l’avis d’un spécialiste.
Haut de page