Le médecin du travail

Mieux connaître le rôle et les actions du médecin du travail.

Si tous les salariés rencontrent une fois par an le médecin du travail pour une visite obligatoire, nous ne savons pas toujours la diversité et l’importance des missions imparties à ces praticiens. Leur rôle et leurs interventions s’inscrivent dans une démarche de santé publique qu’il est intéressant de mieux connaître.

Point de contact entre la médecine et l’entreprise, le médecin du travail est davantage qu’un praticien à l’écoute de tout ce qui touche à la santé du salarié ; il est également conseiller auprès de l’employeur, promoteur et défenseur de la santé au travail et parfois médiateur en cas de conflit à ce sujet. Aux termes de la loi de 1946 qui définit leurs missions, les médecins du travail sont chargés de «prévenir l’altération de la santé des salariés du fait de leur travail en surveillant notamment les conditions d’hygiène du travail, les risques de maladies contagieuses (ou professionnelles) et l’état de santé du personnel».

En clair, le médecin du travail est là pour protéger le salarié d’éventuelles conséquences nuisibles du travail sur sa santé. Physiques ou psychologiques.

Les visites

L’essentiel du temps est consacré aux visites médicales : visites d’embauche, visites annuelles et visites de reprise après un arrêt maladie ou un accident du travail. Il s’agit de vérifier que le salarié est « apte » son poste. A l’issue de la visite, le médecin du travail rédige une fiche d’aptitude qui est nécessaire pour travailler de façon effective. Une éventuelle inaptitude pose bien sûr de nombreux problèmes dans la mesure où le fait qu’une personne ne soit pas jugée en mesure d’assumer tel ou tel poste peut aussi la priver de travail. Ce type de décision suscite donc une prudence particulière dans un contexte de chômage durable. Tenu au secret professionnel, le médecin du travail ne décide jamais rien sans l’accord du salarié. Si le salarié ne souhaite pas évoquer sa situation à l’employeur, le médecin limitera son rôle à l’écoute et à l’orientation vers une aide ou une prise en charge extérieure. Cela est assez fréquent face aux problèmes de stress ou de relations difficiles dans le travail. De façon positive, des cas difficiles peuvent faire l’objet de rencontres et de dialogues concertés entre l’employeur, le médecin et le salarié en vue de trouver une solution.

Aménager le travail

Second volet de l’action du médecin du travail : l’adaptation du poste de travail aux besoins du salarié, lorsque sa santé le justifie. On pense ici à des pathologies de type diabète, asthme, problèmes orthopédiques, vertiges… Le médecin examine tout d’abord si le poste est compatible avec la santé du travailleur (exemple : l’asthme pour un boulanger, du fait que la farine peut provoquer des crises). Dans ce cas, le médecin du travail aide la personne à obtenir un reclassement professionnel. Pour des emplois de bureau, quand le salarié est moins exposé mais suit un traitement spécifique pour telle ou telle affection, le praticien peut, avec l’accord du salarié, rencontrer l’employeur pour l’informer.

Sur le terrain

Dernier volet : l’action en milieu de travail. Les médecins du travail doivent en principe consacrer un « tiers temps » à la visite des entreprises. Faute de temps, cette partie est souvent un peu délaissée. Sur le terrain, il s’agit d’étudier les conditions de travail, vérifier les conditions d’hygiène de l’établissement (climatisation, points d’eau, assainissement, restauration, respect des normes de sécurité). Ils établissent des fiches entreprises dont les synthèses sont adressées à l’employeur. Avec un suivi des recommandations. Par le dialogue et une action suivie, le médecin du travail est un acteur essentiel dans le dispositif de la santé au travail.

Quelques chiffres

On dénombre plus de 6 000 médecins du travail en France. Les médecins intervenant en service interentreprises suivent en moyenne de 250 à 300 entreprises et voient plus de 2 600 personnes par an. Le médecin du travail reçoit environ 12 personnes par jour.

Haut de page