Infertilité, procréation assistée et prévention (1re partie)

Les causes possibles de l'infertilité féminine et masculine.

L’infertilité peut être considérée tant comme une maladie, qu’un handicap ou comme un désir personnel purement subjectif  elle plonge cependant un nombre croissant de personnes atteintes de pathologies qui les empêchent de devenir parents dans des souffrances psychologiques, voire une forme d’isolement. Outre les examens et traitements médicaux, des psychothérapies de soutien sont souvent nécessaires afin de faire face aux stéréotypes, préjugés, sentiments d’incompréhension et de culpabilité qui émaillent ces parcours du combattant

"J’ai pris la pilule pendant des années. Puis j’ai choisi le moment qui me convenait pour faire un enfant, après mes études, l’entrée dans la vie active, alors que mon couple s’était suffisamment construit." Ainsi s’exprime Anaïs, la trentaine, dans un récit qui marque le début d’une longue quête vers la maternité.

Plus de 10 % des couples rencontrent des difficultés à concevoir

Au XXIe siècle, la plupart des couples estiment qu’il est facile de concevoir un enfant. Cependant, en France et en Europe, un couple sur six consulte chaque année pour infertilité. Parmi eux, un sur dix suivra des traitements pour devenir parent. La cause de l’infertilité est féminine dans 50 % des cas, masculine dans 20 %, mixte dans 20 % également  10 % des cas restent inexpliqués. Au bout de six mois à un an de rapports non protégés et fréquents sans résultat, le couple peut se tourner vers un expert de la médecine de la procréation.

Un diagnostic préalable de six mois à un an

Les traitements de procréation médicalement assistée sont précédés par des examens médicaux qui s’étendent fréquemment sur une période allant de six mois à un an avant d’aboutir à un diagnostic. Le premier rendez-vous va permettre d’établir le bilan de stérilité du couple.

Il comporte :

  • un entretien : difficultés médicales, psychologiques, traitements en cours 

  • un examen clinique 

  • la prescription des premiers examens à réaliser par la femme : courbe de température, dosages hormonaux, test de Hühner après un rapport sexuel pour vérifier la mobilité des spermatozoïdes dans le col, échographie, hystéro-salpingographique afin de vérifier la perméabilité des trompes 

  • la prescription des premiers examens pour l’homme : spermogramme, spermocytogramme, spermoculture. L’infertilité masculine reste encore peu explorée, et il arrive ainsi que l’on prescrive des examens et des traitements à des femmes sans même avoir vérifié la qualité du sperme de son compagnon.

Les causes de l’infertilité féminine

  • Le cerveau est le centre de commande du cycle féminin : il envoie des ordres aux ovaires pour obtenir chaque mois une ovulation. Si le cerveau ne donne pas les bons ordres, l’ovulation est perturbée voire inexistante.

  • Les ovaires contiennent, dès la naissance, un stock définitif d’ovocytes. Les raisons d’une ovulation absente ou perturbée, parfois même d’ovocytes absents ou de mauvaise qualité, sont :

    • Des ovaires polykystiques&nbsp: les ovaires sont gros et présentent à leur surface de nombreux petits follicules qui n’arrivent pas à grossir pour émettre un ovule. Les ovulations sont rares ou inexistantes 

    • L’endométriose : cette muqueuse mal placée suit le cycle menstruel et grossit, ce qui conduit à la formation de sortes de cicatrices sur les ovaires.

Cela peut perturber l’ovulation 

  • une insuffisance ovarienne : le stock d’ovocytes est diminué de naissance ou par épuisement trop rapide. Les ovocytes et l’ovulation sont alors de mauvaise qualité. Les causes peuvent en être génétiques, immunitaires ou virales 

  • une ménopause précoce : stade ultime de l’épuisement du stock d’ovocytes. Il reste en fait quelques centaines d’ovocytes immatures dans les ovaires, mais ceux-ci ne répondent plus. La ménopause précoce peut être due à un traitement médical stérilisant (chimiothérapie ou radiothérapie contre un cancer, par exemple) 

  • une absence d’ovaires de naissance ou suite à une maladie (par exemple un cancer ayant conduit à retirer les ovaires).

  • Les trompes peuvent être bouchées, suite à une infection, ou absentes (anomalie de naissance). Des adhérences peuvent bloquer le pavillon et empêcher toute fécondation naturelle, car l’ovule est perdu dans la cavité abdominale  la rencontre ovule-spermatozoïdes est alors impossible.

  • L’utérus ne remplit pas son rôle, est absent, malformé ou trop petit. Il existe plusieurs causes à cela 

    • une muqueuse trop fine liée à un problème hormonal, ou due à l’exposition au Distilbène1 

    • une muqueuse hostile due à une infection ou à une maladie autoimmune 

    • Des anomalies diverses : synéchies (fusion des parois du col qui sont normalement séparées), fibrome (tumeur bénigne formée par du tissu fibreux), endométriose localisée dans l’utérus 

    • un utérus malformé ou trop petit consécutivement à une anomalie de naissance, soit inexpliquée, soit due à l’exposition au Distilbène 

    • un utérus absent, soit de naissance (syndrome de Rokitansky), soit dû à l’ablation de l’utérus pour raisons médicales (cancer, accouchement qui s’est mal passé).

  • Le col est fermé ou la glaire cervicale est absente, insuffisante ou hostile aux spermatozoïdes. Il existe plusieurs causes :

    • un col fermé dû à une anomalie de naissance, électrocoagulation mal faite, excroissance (polype, synéchie) 

    • une glaire absente ou en quantité insuffisante : problème hormonal (manque d’œstrogènes) ou syndrome Distilbène 

    • une glaire hostile aux spermatozoïdes due à un problème immunitaire (la glaire contient des anticorps contre les spermatozoïdes, elle les immobilise).

Exemple de causes de l'infertilité féminine.  Illustration : Persomed/J. Dasic
Exemple de causes de l'infertilité féminine. Illustration : Persomed/J. Dasic

Les causes de l’infertilité masculine

Les troubles de la production de spermatozoïdes sont la principale cause d’infertilité masculine. Ils peuvent avoir pour origine des maladies infectieuses et des problèmes endocriniens ou immunitaires. Une fécondation ne peut avoir lieu si les spermatozoïdes sont produits en nombre anormalement faible, même s’ils ne présentent aucune anomalie physiologique.

Les obstacles sur les voies génitales : il s’agit d’obstructions anatomiques qui bloquent partiellement ou totalement l’écoulement du liquide séminal. Elles peuvent être d’origine congénitale ou liées à une anomalie génétique.

La varicocèle : il s’agit de varicosités sur les veines entourant les testicules. Elles sont observées dans plus de 30 % des cas d’infertilité masculine.

Les infections : certaines maladies infectieuses ou états inflammatoires (oreillons) peuvent provoquer une infection des organes génitaux ou une inflammation et une atrophie des testicules. Elles sont en cause dans 5 % environ des cas d’infertilité masculine.

Les modifications hormonales : certains troubles endocriniens ou hormonaux peuvent entraîner une production insuffisante des hormones contrôlant la sécrétion de testostérone et la production de spermatozoïdes. Ils résultent d’un dysfonctionnement du mécanisme d’interaction entre l’hypothalamus, l’hypophyse et les testicules, et affectent directement le développement des spermatozoïdes.

Les problèmes immunitaires : certains individus produisent des anticorps dirigés contre leurs propres spermatozoïdes, ce qui provoque une motilité insuffisante de ces derniers ou des agglutinations (les spermatozoïdes sont liés entre eux par la tête ou la queue et incapables de féconder).

Les facteurs liés à l’environnement et au mode de vie : ils peuvent aussi affecter la qualité des spermatozoïdes, comme l’exposition à des radiations ou des perturbateurs endocriniens.

Les traitements anticancéreux : certains d’entre eux peuvent stopper la production de spermatozoïdes temporairement ou définitivement.

Les causes non expliquées : elles concernent 30 % des cas d’infertilité masculine. Les options de traitement de l’infertilité masculine comprennent la thérapie médicamenteuse, la chirurgie et les techniques d’assistance médicale à la procréation, telles que la fécondation in vitro (FIV) et les techniques de micro-injection comme l’injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).

Exemple de causes de l'infertilité masculine.  Illustration : Persomed/J. Dasic
Exemple de causes de l'infertilité masculine. Illustration : Persomed/J. Dasic


  1. Le Distilbène est une hormone de synthèse commercialisée depuis 1950 jusqu’en 1977 en France. Il a été prescrit aux femmes pendant la grossesse pour prévenir les fausses couches, les risques de prématurité et traiter les hémorragies gravidiques. Le Distilbène s’est révélé nocif pour les enfants exposés in utero. Il est notamment responsable d’anomalies génitales sur les enfants des femmes qui ont pris le médicament. 

Article original de :
Mme Isabelle Sussman Chandler

Paru dans Mutuelle & Santé n° 70

Télécharger l'article original au format pdf

Haut de page