Phytothérapie : le gingembre

Le gingembre
Le gingembre

Le gingembre, d’où ça vient et à quoi ça sert ?

Généralités

Le gingembre est une épice asiatique très utilisée en cuisine. Au Moyen-Âge, on lui attribuait également des propriétés aphrodisiaques. En phytothérapie, comme en cuisine, c'est la tige souterraine semblable à une pomme de terre (rhizome) qui est utilisée.

Origines

Le gingembre est originaire d'Inde. Il pousse dans la plupart des régions tropicale, humides et ensoleillées.

Comment ça s’utilise ?

Le gingembre est utilisé en phytothérapie frais, séché, réduit en poudre ou en jus.

Est-ce que je peux en faire pousser chez moi ?

Oui. Le rhizome peut-être planté directement au sol ou germé dans de l'eau avant une plantation au sol. Le gingembre a besoin d'une atmosphère humide constante et de beaucoup de soleil. C'est une plante tropicale qui se développe autour de 20 à 25 degrés.

Le gingembre, c’est efficace pour soigner quoi ?

Le gingembre
Le gingembre

Contre les nausées ?

Oui. Plusieurs études ont démontré l'efficacité du gingembre concernant les nausées dues au mal des transports, à la grossesse ou à une intervention chirurgicale. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît comme « cliniquement justifié » l’usage du gingembre dans « la prévention des nausées et des vomissements dus au mal des transports et au mal de mer, ainsi que ceux liés à une intervention chirurgicale ou à la grossesse »

Pour stimuler la digestion ?

Oui. Le gingembre contient des substances qui stimulent la production de bile et facilite la digestion. L'OMS et la Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaissent l’usage du gingembre dans le traitement des troubles digestifs mineurs.

Pour stimuler la libido ?

Peut-être. Aucune étude à ce jour ne confirme cette hypothèse.

Pour aider à soigner le cancer ?

Peut-être. Quelques études ont montré l'efficacité du gingembre contre les nausées dues à la chimiothérapie. Cette affirmation reste encore à confirmer mais plusieurs résultats vont en ce sens. Le gingembre stimule le système immunitaire et limite les symptômes causés par les lourds traitements médicamenteux. Des études à plus grande échelle doivent confirmer ses résultats.

Effets négatifs et contre-indications

Quelles sont les contre-indications ?

Les personnes ayant des calculs biliaires ne doivent pas consommer du gingembre.

  • Enfants

La consommation de gingembre est déconseillé aux enfants de moins de 6 ans.

  • Femmes enceintes

Le gingembre peut-être utilisé pendant la grossesse pour soulager les nausées, uniquement sur consultation d'avis médical. Les femmes allaitantes ne doivent pas consommer du gingembre en tant que traitement. Il n'est pas déconseillé lorsqu'il est utilisé en tant qu'épice dans un repas.

Y a-t-il des effets indésirables?

Un surdosage peut causer des brûlures d'estomac ainsi que des maux de ventre assez importants.

Y a-t-il des interactions avec d’autres substances ?

Le gingembre interagit avec les médicaments utilisés pour fluidifier le sang. Il peut également interagir avec d'autres plantes comme l'ail ou le curcuma. Il est impératif de consulter son médecin traitant avant toute prise de gingembre en tant que traitement.

Bibliographie


L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017
Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
200 plantes qui vous veulent du bien, Carole Minker, Editions Larousse 2013
Petit guide des huiles essentielles, compagnie des sens, 2018
Herbal medicines for human use, EMA, 2010
PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
Se soigner par les plantes au quotidien, Rachel Frély, terres éditions, 2019
La bible des plantes qui soignent, Michel Pierre, éditions du chêne, 2017
Ginger (Zingiber officinale Rosc.) and its bioactive components are potential resources for health beneficial agents, Phytother Res., 2021
The effect of ginger (Zingiber officinale Roscoe) in patients with advanced cancer, Support Care Cancer, 2020
Ginger (Zingiber officinale): An alternative for the prevention of postoperative nausea and vomiting, A meta-analysis, Phytomedicine, 2018
Spices for Prevention and Treatment of Cancers, Nutrients, 2016

Contenu original de :
Éducation et Prévention Santé

Haut de page