Phytothérapie : la menthe poivrée

La menthe poivrée
La menthe poivrée

La menthe poivrée, d’où ça vient et à quoi ça sert ?

Généralités

La menthe poivrée est une plante connue pour son odeur rafraîchissante. Elle est utilisée en cuisine et en infusion pour le thé depuis des siècles. C'est plus récemment que ses propriétés en phytothérapie ont été découvertes. La menthe poivrée contient un taux élevé de menthol et de menthone, deux principes actifs calmants et anesthésiants.

Origines

La menthe poivrée est une plante hybride c'est-à-dire issue du croisement de deux autres types de menthe : la menthe aquatique et la menthe verte. Elle sera cultivée pour la première fois en Angleterre au 17 ème siècle.

Comment ça s’utilise ?

La menthe poivrée peut s'utiliser fraîche ou séchée, en infusion. Elle existe également sous forme d'huile essentielle à utiliser diluée dans un bol d'eau chaude pour une inhalation, ou dans une huile végétale pour une application locale sur la peau. Des gelules et comprimés existent pour faciliter la prise orale, car l'huile essentielle de menthe poivrée pure ne s'ingère pas. (voir effets indésirables).

Puis-je en faire pousser chez moi ?

Oui. La menthe poivrée est très résistante. Elle peut se cultiver en pot, en jardinière ou en pleine terre. Elle préfère la mi-ombre au plein soleil et aura des besoins réguliers en eau.

La menthe poivrée, c’est efficace pour soigner quoi ?

La menthe poivrée
La menthe poivrée

Pour soigner les troubles digestifs ?

Oui. L'Agence européenne du médicament (EMA), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Coopération scientifique européenne en phytothérapie (ESCOP) reconnaissent l'usage de la menthe poivrée en comme "scientifiquement établi pour soulager les flatulences, douleurs abdominales et crampes".

Contre le syndrome de l'intestin irritable ?

Oui. Une analyse croisée de 16 études portant sur environ 600 patients souffrant d'une inflammation chronique de l'intestin a démontré que la prise de gelules d'huile essentielle de menthe poivrée réduisait les symptômes.

Pour soigner le rhume ?

Oui. Il n'existe pas d'étude scientifique qui le confirme mais l'usage traditionnel de la menthe poivrée pour dégager les voies respiratoires lors d'un rhume ou de toux est établi et reconnu par l'Agence européenne du médicament.

Contre la nausée et les maux de tête ?

Oui. Quelques études ont montré les effets positifs de la menthe poivrée pour soulager les nausées. L'EMA et l'OMS reconnaissent que son usage est "médicalement bien établi dans l'utilisation par application cutanée de l'huile essentielle de menthe poivrée pour soulager les maux de tête chez les adultes".

Contre les douleurs musculaires ?

Peut-être. Il n'y a pas d'études qui peuvent le confirmer, cependant, la sensation de froid que créer sur la peau l'application d'huile essentielle de mentre poivrée couplée à une huile végétale semble diminuer la douleur. Le froid anesthésie brièvement les recepteurs nerveux. La Coopération scientifique europpéenne et l'OMS reconnaissent "son usage en application locale sur la peau pour soulager les douleurs articulaires".

Pour soulager des démangeaisons de la peau ?

Oui. Pour les mêmes raisons que celles évoquées pour le traitement des douleurs musculaires. La sensation de froid anesthésie les terminaisons nerveuses et diminue la sensation de picotements dues aux démangeaisons.

Comme calmant ?

Peut-être. Une étude a montré que l'utilisation d'huile essentielle de menthe poivrée lors d'examens radiologiques de l'appareil digestif (endoscopie digestive) permettait de réduire les spasmes de l'oesophage et de tranquilliser les patients. Les Instituts nationaux de la santé américains (NIH) considèrent que la menthe poivrée "pourrait être utile lors des examens du tube digestif à l'aide d'une sonde équipée d'une caméra".

Effets négatifs et contre-indications

Quelles sont les contre-indications ?

La menthe poivrée stimule la production de bile (liquide présent dans l'estomac), les personnes ayant des calculs biliaires ne doivent pas l'utiliser par voie orale afin d'éviter une crise de colique biliaire.

  • Enfants

Les enfants ont un larynx plus fragile et par conséquent, l'utilisation de toutes les formes de menthe est contre-indiquée chez les enfants de moins de 4 ans. L'huile essentielle de menthe poivrée est fortement déconseillée avant 8 ans et complètement proscrite chez les enfants ayant des convulsions.

  • Femmes enceintes

La menthe fraîche ou séchée en infusion ne fait pas l'objet d'une contre-indication particulière. L'huile essentielle de menthe poivrée est contre-indiquée lors du premier trimestre de grossesse car elle stimule l'utérus. Les femmes qui allaitent doivent également prendre en compte que les substances actives de la menthe poivrée peuvent passer dans le lait, il est donc déconseillée d'en utiliser pendant l'allaitement.

Y a-t-il des effets indésirables?

L'huile essentielle de menthe poivrée peut causer de graves brûlures de l'estomac et de l'oesophage si elle est ingérée pure. Son surdosage dans un mélange avec une huile végétale peut créer des irritations de la peau, des maux de tête, un ralentissement du rythme cardiaque et des vertiges.

Chez les jeunes enfants, les risques de convulsions sont très élevés. Chez les personnes agées, la menthe poivrée, hors infusion, stimule l'agitation nerveuse.

Y a-t-il des interactions avec d’autres substances ?

La menthe poivrée interagit avec beaucoup de médicaments en diminuant leur efficacité. Il est nécessaire de consulter son médecin traitant avant tout usage thérapeutique de cette plante.

Bibliographie

Herbal medicines for human use - Draft, EMA, 01/2017
Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998
Le truffaut, la nouvelle enyclopédie du jardin, Larousse, 2016

Haut de page