Phytothérapie : l'ail

L'ail
L'ail

1. L'ail, d'où ça vient et ça sert à quoi ?

Généralités

L'ail est une plante pouvant atteindre 70 cm de hauteur mais qui tient son succès de son bulbe appelé "gousse", utilisé comme condiment en cuisine dans de nombreux plats. En phytothérapie, l'ail possède de nombreuses propriétés et est utilisé depuis des siècles pour préserver la santé de certaines maladies et maux du quotidien. Elle fait l'objet de plus de 2000 études scientifiques.

Origines

L'ail est une plante originaire d'Asie centrale qui a été exportée partout dans le monde depuis plus de 5000 ans.

Comment ça s'utilise ?

L'ail peut s'utiliser frais, en prévention contre les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, à raison de 4 gousses par jour selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Tout dépend des capacités de digestions de chacun, une gousse d'ail par jour est également suffisante selon la Commission E du ministère de la Santé allemand.

En application locale, il suffit de broyer, trancher ou presser de l'ail frais et de l'appliquer sur la zone lésée.

L'ail existe également sous forme séchée pour réaliser des macérât huileux ou encore sous forme d'extrait liquide "désodorisé", mais son taux de substances actives est diminué.

Puis-je en faire pousser chez moi ?

Oui. L'ail est une plante vivace c'est-à-dire qu'elle est très résistante et ne nécessite aucun soin durant toute la culture. Elle aime le soleil et redoute les excès d'eau. Pour planter de l'ail chez soi, il faut trouver un bulbe d'ail certifié sans nématodes (vers de terre) et virose (maladie virale).

2. L’ail, c'est efficace pour soigner quoi ?

L'ail
L'ail

Pour lutter contre le cholestérol ?

Oui. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît comme "cliniquement établit l'usage de l'ail comme traitement complémentaire aux mesures alimentaires destinées à diminuer les taux de lipides (graisses) dans le sang (cholestérol et triglycérides)".

Contre l'hypertension artérielle ?

Oui. Mais uniquement dans le cas d'hypertension artérielle légère. L'OMS admet que "l'ail peut être utile lors d'une hypertension artérielle modérée". Plusieurs études cliniques ont montré une efficacité restant assez faible pour être considérée comme établit.

Comme antiseptique ?

Oui. Les gousses d'ail contiennent de l'acide phénolique, substance qui possèdent des propriétés antiseptiques. L'ail est donc utilisé traditionnellement en application locale sur la peau pour traiter les verrues et les mycoses.

Pour fluidifier le sang (anticoagulant) ?

Peut-être. Des études ont démontré de façon expérimentale les effets anticoagulants de l'ail. Il serait recommandé d'en consommer afin de prévenir les accidents vasculaires cérébraux mais d'autres études sont nécessaires pour confirmer scientifiquement cette hypothèse.

Pour soulager les symptômes du rhume ?

Oui. L'Agence européenne du médicament (EMA) reconnaît comme "traditionnellement établi l'usage de l'ail pour soulager les symptômes du rhume". Cependant, cette affirmation repose sur l'usage traditionnel de l'ail au fil du temps et n'a pas été démontré par des données scientifiques.

3. Effets négatifs et contre-indications

Quelles sont les contre-indications ?

Les personnes atteintes de porphyrie (maladie génétique rare) et les personnes sur le point de subir une opération chirurgicale ne doivent pas consommer d'ail.

  • Enfants

La consommation d'ail chez les enfants n'est pas interdite mais son usage par voie orale pour soulager les symptômes du rhume est réservé aux enfants de plus de 12 ans. L'application locale d'ail sur la peau peut causer de sérieuses irritations et brûlures. Il est déconseillé d'en appliquer chez les enfants de moins de 5 ans.

  • Femmes enceintes

La consommation alimentaire de l'ail ne pose pas de problème pendant la grossesse. Son usage thérapeutique est quant à lui fortement déconseillé, notamment à cause des propriétés anticoagulantes de l'ail. Les substances odorantes de l'ail passent également dans le lait maternel.

Y a-t-il des effets indésirables ?

L'ail est un aliment irritant pour l'estomac et la vessie. Les substances soufrées que contient l'ail sont éliminées par les voies respiratoires, ce qui laisse une haleine assez prononcée.

L'application d'ail sous toutes ses formes sur la peau peut provoquer des brûlures et des réactions allergiques.

Y a-t-il des interactions avec d’autres substances ?

L'ail interagit avec les médicaments fluidifiants le sang (anticoagulants), les médicaments contre les troubles de la thyroïde, les médicaments soignants le VIH / sida, les médicaments prescrits en cas de diabète et en cas d'hyperplasie bénigne de la prostate.

4. Bibliographie

Guide des plantes qui soignent, édition Vidal, 2010.
L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017.
Herbal medicines for human use - Draft, EMA, 07/2016
PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Article original du Fonds de Dotation

Étiquettes

Ail Phytothérapie

Haut de page