Phytothérapie : le curcuma

Le Curcuma
Le Curcuma

1. Le curcuma cela vient d’où et cela sert à quoi ?

A quoi cela sert médicalement ?

Le curcuma est une plante utilisée depuis des siècles en cuisine et en médecine traditionnelle. Il sert à traiter les troubles digestifs et en usage externe à traiter les inflammations de la peau et les blessures.

Curcuma et curcumine ?

Le rhizome de curcuma contient un ensemble de substances (les curcuminoïdes) dont la plus abondante : la curcumine. Chimiquement, ces substances possèdent des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires.

Comment mieux absorber la curcumine ?

Certains fabricants associent de la broméline à la curcumine afin d’en améliorer l'absorption. Des études ont montré qu’une substance issue du poivre, la pipérine, augmente l’absorption de la curcumine. Mais elle agit en augmentant la perméabilité globale de la paroi de l’intestin ce qui peut être source de problèmes de santé.

Comment cela s’utilise ?

Le curcumar s’utilise en décoctions, infusions, extraits secs, extraits liquides et teintures.

Puis-je en faire pousser chez moi ?

Oui, le curcuma peut se cultiver chez soi mais il faut éviter le soleil direct qui risque de brûler les feuilles. La plante aime le soleil ou la mi-ombre. En intérieur, il faut le planter en février pour pouvoir faire la récolte des rhizomes en septembre.

Cela vient d’où ?

Le Safran des indes c’est la même chose ?

Le curcuma porte différents noms tel que le safran des Indes et la turmerie sauvage.

Il a également deux noms scientifiques : le curcuma longa et le curcuma aromatica.

2. Maladie, curcuma et curcumine

Le Curcuma
Le Curcuma

Est-ce efficace pour soigner les troubles digestifs ?

Oui, la Commission E, l’Organisation mondiale de la Santé et l’Agence européenne du médicament reconnaissent l'efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie, c’est-à-dire des troubles digestifs, comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d'appétit ou les sensations de lourdeur.

Est-ce efficace pour soigner la gingivite ?

Peut-être, car une étude indique qu’un rince-bouche à base de curcuma diminue la contamination bactérienne de manière aussi efficace que la chlorhexidine chez des sujets ayant une inflammation de la gencive. Plus d’études sont nécessaires.

Est-ce efficace pour soigner les ulcères ?

Peut-être. Les résultats des études sont encore peu concluants (1). Toutefois, dans l’une d’entre elles, réalisée sans placebo, le taux de guérison avec du curcuma a été de 75 %.

Est-ce efficace pour soigner l’arthrite ?

Peut-être. La curcumine s’est montrée aussi efficace que la phénylbutazone en tant qu’anti-inflammatoires dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde (2).

Par ailleurs, sur des personnes souffrant d’arthrose (3), le curcuma a produit des effets comparables à l’ibuprofène.

Est-ce efficace contre l’inflammation de l'intestin ?

Peut-être. Une étude menée sur des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable (4) soignées avec du curcuma à permis de réduire leurs symptômes. Un essai de plus grande envergure est en cours aux États-Unis (5).

Dans une autre étude avec des patients atteints de colite ulcéreuse, la curcumine, utilisé en plus du traitement habituel a limité le nombre de crises aiguës de la maladie et ses manifestations cliniques pendant la durée du traitement (6).

Est-ce efficace pour soigner les maladies cardiovasculaires ?

Peut-être. Une seule étude a été menée à ce jour pour évaluer si l’exercice physique, combinée à une consommation de curcuma chez des femmes post-ménopausées souffrant d’une anomalie du ventricule gauche. Les résultats indiquent une réduction significativement de la masse corporelle des participantes ainsi que la pression sanguine aortique (7).

Est-ce efficace pour soigner le diabète ?

Peut-être. Une étude a rapporté un éventuel effet préventif du curcuma dans la survenue d’un diabète. Après neuf mois de traitement, 16% des participants du groupe placebo ont développé un diabète, alors qu’aucun de ceux traités avec le curcuma n’a présenté cette pathologie. Par ailleurs, les individus traités avec le curcuma ont vu leur poids diminuer, ainsi que leur glycémie plasmatique à jeun (8).

Est-ce que cela soigne le cancer ?

Peut-être. Il y a de nombreuses recherches sur le sujet car les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoires de la curcumine peuvent jouer un rôle dans la prévention et le traitement du cancer. En laboratoire (in vitro), on sait que la curcumine empêche la prolifération des cellules cancéreuses et qu’elle favorise la fabrication d’enzymes qui aident le corps à se débarrasser des cellules cancéreuses (9).

Prévention du cancer.

De nombreuses études sur des animaux exposés à des substances capable de provoquer le cancer (carcinogènes) indiquent que la curcumine pourrait prévenir plusieurs types de cancers (du poumon, du côlon, de l’estomac, du foie, de la peau, du sein, de l’oesophage, lymphomes et leucémie) (10).

Même si les données sont encore peu nombreuses, les résultats sont prometteurs (11).

Ils suggèrent plusieurs choses :

  • La consommation de curcuma pourrait être associée à une baisse du risque de cancer chez les fumeurs (12).

  • Un traitement journalier à la curcumine pendant 3 mois est parvenue à faire régresser certaines lésions précancéreuses (13).

  • Un traitement à de la curcumine associée à la quercétine (14) dans le cas de personnes atteintes de polypose familiale aurait réduit le nombre et la taille des polypes intestinaux.

Traitement du cancer.

La difficulté reste dans le fait que la curcumine est peu absorbée par les intestins et la fraction absorbée est rapidement transformée par le foie et éliminée. Les quantités qui se sont révélées efficaces dans les expériences in vitro sont donc difficiles à atteindre dans l’organisme (15). C’est pourquoi les essais cliniques utilisent des doses si importantes et se focalisent sur les cancers du tube digestif où les quantités de curcumine demeurent élevées (16). Utilisée seule ou en association avec la chimiothérapie, la curcumine a permis, dans quelques cas, de stabiliser l’évolution du cancer du pancréas (17) et de cancer colorectal (18).

Est-ce efficace pour soigner la Maladie d’Alzheimer ?

Non. Pour le moment il n’y aucune preuve d’amélioration des fonctions cognitives (19) des patients grâce au curcuma sur les 3 essais cliniques en cours. En revanche, une étude préliminaire menée en 2008 a rapporté que le curcuma augmente les niveaux de vitamine E.

Est-ce efficace pour soulager les articulations ?

Non. En 2018, les autorités de santé européennes se sont prononcées sur certaines allégations santé des compléments alimentaires contenant de la curcumine. Elles ont estimé que ces produits ne peuvent PAS prétendre contribuer au fonctionnement normal des articulations. Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les compléments alimentaires contenant de la curcumine.

3. Les effets négatifs et contre-indications

Quelles sont les contre-indications ?

Le curcuma est contre-indiqué chez les personnes qui souffrent de calculs biliaires ou qui ont des signes d’allergie à cette plante

Avant de prendre du curcuma, celles qui souffrent d’une maladie du foie doivent consulter leur médecin. La prise de curcuma est déconseillé en cas d’ulcère de l’estomac ou du duodénum car il risque d’augmenter l’irritation.

Est-ce que les enfants peuvent en prendre ?

L’usage du curcuma chez les personnes de moins de dix-huit ans est déconseillé par l’Agence européenne du médicament, hors usage alimentaire.

Est-ce que les femmes enceinte peuvent en prendre ?

Selon l’Agence européenne du médicament, il est préférable de ne pas prendre de curcuma pendant la grossesse et l’allaitement, hors usage alimentaire.

Il y a-t-il des effets de secondaires ?

Certaines personnes peuvent avoir des maux d’estomac, des nausées, des vertiges ou de la diarrhée.

Il y a-t-il des effets indésirables ?

Il n’y aucun effets indésirables aux doses habituellement utilisées mais un surdosage se traduit par des nausées et des vomissements.

Il y a-t-il des interaction avec d’autres substances ?

Les produits contenant du curcuma pourraient interagir avec les médicaments fluidifiants du sang ainsi qu’avec les plantes aux propriétés anticoagulantes (ail, gingembre, ginkgo, ginseng, kava, fève tonka, etc.).

4. Lire aussi

“Le curcuma”, basé sur l'article du Dr Philippe Fiévet Lire l'article sur le curcuma

5. Bibliographie

Dossier « Curcuma » (Turmeric),Agence européenne du médicament,

La méta-analyse des études portant sur les effets de la curcumine sur l’arthrose (en anglais), Journal of Medicinal Food, 08/2016

Prucksunand C, Indrasukhsri B, et al. Phase II clinical trial on effect of the long turmeric (Curcuma longa Linn) on healing of peptic ulcer.Southeast Asian J Trop Med Public Health 2001 Mar;32(1):208-15.

Deodhar SD, Sethi R, Srimal RC. Preliminary study on antirheumatic activity of curcumin (diferuloyl methane). Indian J Med Res. 1980 Apr;71:632-4. No abstract available. Étude mentionnée dans : The Linus Pauling Institute. Curcumin, Micronutrient Information Center. Curcumin [Consulté le 29 mars 2011] http://lpi.oregonstate.edu

Efficacy and safety of Curcuma domestica extracts in patients with knee osteoarthritis. Kuptniratsaikul V, Thanakhumtorn S, Chinswangwatanakul P, Wattanamongkonsil L, Thamlikitkul V. J Altern Complement Med. 2009 Aug;15(8):891-7.

Turmeric extract may improve irritable bowel syndrome symptomology in otherwise healthy adults: a pilot study. Bundy R, Walker AF, et al. J Altern Complement Med. 2004 Dec;10(6):1015-8.

US National Institutes of Health. Curcumin (Tumeric) in the Treatment of Irritable Bowel Syndrome: A Randomized-Controlled Trial (CuTIBS) [Consulté le 29 mars 2011] http://clinicaltrials.gov

Curcumin maintenance therapy for ulcerative colitis: randomized, multicenter, double-blind, placebo-controlled trial. Hanai H, Iida T, Takeuchi K, et al. Clin Gastroenterol Hepatol. 2006 Dec;4(12):1502-6.

Sugawara, J., Akazawa, N., Miyaki, A., Choi, Y., Tanabe, Y., Imai, T., and Maeda, S. Effect of endurance exercise training and curcumin intake on central arterial hemodynamics in postmenopausal women: pilot study. Am J Hypertens. 2012;25(6):651-656. View Abstract

Chuengsamarn, S., Rattanamongkolgul, S., Luechapudiporn, R., Phisalaphong, C., and Jirawatnotai, S. Curcumin extract for prevention of type 2 diabetes. Diabetes Care 2012;35(11):2121-2127. View Abstract

Cancer chemopreventive effects of curcumin. Surh YJ, Chun KS. Adv Exp Med Biol. 2007;595:149-72. Review.

Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M. Nutr Food Res. 2008 Jun;52 Suppl 1:S103-27. Review.

Curcumin as an anti-cancer agent: review of the gap between basic and clinical applications. Bar-Sela G, Epelbaum R, Schaffer M. Curr Med Chem. 2010;17(3):190-7.

Polasa K, Raghuram TC, et al. Effect of turmeric on urinary mutagens in smokers.Mutagenesis 1992 Mar;7(2):107-9.

Phase I clinical trial of curcumin, a chemopreventive agent, in patients with high-risk or pre-malignant lesions. Cheng AL, Hsu CH, et al. Anticancer Res. 2001 Jul-Aug;21(4B):2895-900.

Combination treatment with curcumin and quercetin of adenomas in familial adenomatous polyposis. Cruz-Correa M, Shoskes DA, et al. Clin Gastroenterol Hepatol. 2006 Aug;4(8):1035-8.

Garcea G, Jones DJ, et al. Detection of curcumin and its metabolites in hepatic tissue and portal blood of patients following oral administration . Br J Cancer. 2004 Mar 8;90(5):1011-5.

Anticancer and carcinogenic properties of curcumin: considerations for its clinical development as a cancer chemopreventive and chemotherapeutic agent. López-Lázaro M. Nutr Food Res. 2008 Jun;52 Suppl 1:S103-27. Review.

Garcea G, Berry DP, et al. Consumption of the putative chemopreventive agent curcumin by cancer patients: assessment of curcumin levels in the colorectum and their pharmacodynamic consequences. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2005 Jan;14(1):120-5. Texte intégral : http://cebp.aacrjournals.org

New mechanisms and therapeutic potential of curcumin for colorectal cancer. Villegas I, Sánchez-Fidalgo S, et al. Mol Nutr Food Res. 2008 Sep;52(9):1040-61. Review.

Sharma RA, Gescher AJ, Steward WP. Curcumin: the story so far. Eur J Cancer. 2005 Sep;41(13):1955-68.

Phase II trial of curcumin in patients with advanced pancreatic cancer. Dhillon N, Aggarwal BB, et al. Clin Cancer Res. 2008 Jul 15;14(14):4491-9.

Curcumin and gemcitabine in patients with advanced pancreatic cancer. Epelbaum R, Schaffer M, et al. Nutr Cancer. 2010;62(8):1137-41.

Pharmacodynamic and pharmacokinetic study of oral Curcuma extract in patients with colorectal cancer. Sharma RA, McLelland HR, et al. Clin Cancer Res. 2001 Jul;7(7):1894-900.

Six-month randomized, placebo-controlled, double-blind, pilot clinical trial of curcumin in patients with Alzheimer disease. J Clin Psychopharmacol. 2008;28(1):110-113. View Abstract

Article original du Fonds de Dotation

Étiquettes

Curcuma Phytothérapie

Haut de page