Phytothérapie : la canneberge

La Canneberge
La Canneberge

1. La canneberge, d'où ça vient et à quoi ça sert ?

Généralités

La canneberge est riches en vitamine C et est utilisée dans le traitement des ulcères et des infections urinaires.

Origines

C’est une plante qui pousse principalement en Amérique du Nord dans les tourbières et les montagnes.

Comment ça s'utilise ?

La canneberge existe sous de très nombreuses formes : fruits frais, fruits séchés, boissons à base de concentré, gélules ou dosettes d’extraits secs.

Les airelles et les cranberrys, c’est la même chose ?

La canneberge ou « airelle à gros fruits » ou cranberry (Vaccinium macrocarpon) est la variété utilisée médicalement. Il ne faut pas la confondre avec l’airelle à petits fruits (Vaccinium microcarpum).

2. La canneberge, c'est efficace pour soigner quoi ?

La Canneberge
La Canneberge

Contre les ulcères de l’estomac ?

Peut-être. Plusieurs études semblent indiquer que la canneberge peut contribuer à l’élimination d’Helicobacter pylori, un germe responsable des ulcères gastriques et duodénaux, en complément des antibiotiques et des antiulcéreux. Dans un avis publié en avril 2012, les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « fondé sur de bonnes évidences scientifiques » l’usage de la canneberge « dans le traitement des ulcères de l’estomac et du duodénum dus à Helicobacter pylori ».

Pour prévenir et soigner les infections urinaires (cystites) ?

Peut-être. Depuis le début du XXe siècle, la pratique s’est développée d’utiliser la canneberge pour prévenir les récidives d'infections urinaires (cystites). Des études cliniques contre placebo ont suggéré que la canneberge contribuait à prévenir les infections urinaires chez la femme. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées en 2012, après examen de données scientifiques : les produits à base de canneberge sont désormais interdit de revendiquer avoir des effets pour soigner les infection urinaires. En parallèles, les Instituts nationaux de la santé américains considèrent comme « fondé sur de bonnes évidences scientifiques » l’usage de la canneberge dans « la prévention des infections urinaires ».

Pour soigner les troubles digestifs ?

Non. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées en 2012 après examen de données scientifiques que les produits à base de canneberge sont désormais interdit de revendiquer soigner les troubles digestifs.

Pour diminuer le taux de “mauvais” cholestérol (LDL) ?

Non. Il n’y a aucune preuve de ces effets jusqu’à présent mais des études cliniques sont en cours.

Pour prévenir de la gingivite et des caries ?

Non. Il n’y a aucune preuve de ces effets jusqu’à présent mais des études cliniques sont en cours.

Pour prévenir des maladies cardiovasculaires ?

Non. Il n’y a aucune preuve de ces effets jusqu’à présent mais des études cliniques sont en cours.

Pour aider les défenses immunitaires ?

Non. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées en 2012 après examen de données scientifiques que les produits à base de canneberge sont désormais interdit de revendiquer avoir des effets pour aider les défenses immunitaires.

Contre le stress oxydatif ?

Non. Les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) se sont prononcées en 2012 après examen de données scientifiques que les produits à base de canneberge sont désormais interdit de revendiquer avoir un effet sur le stress oxydatif.

3. Les effets négatifs et contre-indications

Quelles sont les contre-indications ?

La canneberge étant riche en acide oxalique, il est déconseillé d’en utiliser si on est sujet aux calculs urinaires.

  • Enfants

Il est conseillé de discuter avec son médecin avant d’utiliser de la canneberge chez les personnes de moins de dix-huit ans.

  • Femmes enceintes

Il est conseillé de discuter avec son médecin avant d’utiliser de la canneberge chez la femme enceinte et pour l’allaitement. Une interaction entre la warfarine (Coumadin®) et le jus de canneberge a été signalée.

Y a-t-il des effets indésirables ?

Un surdosage de canneberge peut provoquer des diarrhées, ballonnements et crampes. Il est déconseillé pour les personnes souffrant de diabète de consommer le jus de canneberge étant assez sucrés, et de préférer consommer la canneberge sous forme de gélules ou de jus pur non sucré.

Y a-t-il des interactions avec d’autres substances ?

Il est déconseillé de prendre de fortes doses de canneberge pour les personnes qui prennent des anticoagulants ou avec des plantes aux propriétés anticoagulantes (ail, ginkgo, ginseng, kava, fève tonka, etc.). La canneberge pourrait interagir avec les antihistaminiques H2 et les inhibiteurs de la pompe à protons.

4. Bibliographie

Précis de phytothérapie - La santé par les plantes. 2007. Éd. Alpen, Monaco.

Diagnostic et antibiothérapie des infections urinaires bactériennes communautaires chez l'adulte, Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, juin 2008, p. 27-28

Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010

PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, 2007

European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, 2003

The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, 1998

Haut de page