L'acupuncture

L'origine de l'acupuncture, ses principes, ses effets et ses indications.

Une thérapie unique et globale afin de stimuler naturellement, apaiser simplement et soigner efficacement l’homme épuisé, stressé et souffrant

L’empereur chinois Huángdì (environ 2500 av. J.-C.) demande au grand maître, médecin et son conseiller Bái Qi : « J’ai entendu dire que l’homme antique vivait jusqu’à l’âge de 100 ans. De nos jours, l’homme, à peine arrivé à la cinquantaine, est déjà épuisé. Cela est-il dû aux circonstances ou bien est-ce là la faute de l’homme ? »

Huángdì, l'Empereur Jaune et Bái Qi
Huángdì, l'Empereur Jaune et Bái Qi

Bái Qi répond : « À l’époque antique, ceux qui connaissaient l’ensemble des principes permettant de soigner les différentes énergies de l’homme imitaient le Yin et le Yang, se mettaient en harmonie avec la méthode de conservation de l’énergie, étaient modérés dans leur alimentation, leur déplacement et travaillaient sans excès. C’est pourquoi ils conservaient et le corps et l’esprit, vivaient suivant leur destin et ne mouraient qu’au-delà de 100 ans. À notre époque, il n’en est pas ainsi. On a l’habitude de prendre le vin pour de l’eau, l’anormal pour le normal, d’avoir des rapports sexuels en état d’ivresse, ce qui est la cause de l’épuisement de l’énergie essentielle du corps. On ne sait pas soigner les troubles de l’énergie vitale, on voyage sans mesure, etc. C’est pourquoi, à peine arrivé à la cinquantaine, on est déjà épuisé ! »

Fondements de l’acupuncture

Dans la pensée chinoise, l'être humain, comme tous les êtres et toutes les choses de l’Univers, est constitué d’énergie en mouvement et en transformation. L’origine de l’énergie humaine se trouve dans l’absorption de l’énergie du Ciel (respiration) et de la Terre (alimentation). Cette énergie entretient l’organisme. Le Yin et le Yang représentent les deux aspects opposés mais complémentaires de l'énergie qui existe dans tous les êtres et dans toutes les choses, c’est-à-dire dans tous les phénomènes du monde naturel. Exemple :

  • le Soleil, le jour, l’homme, l’énergie, le mouvement sont Yang,

  • la Terre, la nuit, la femme, le sang, le repos sont Yin.

En fait, tout n’est pas si simple. Chaque être, chaque fonction ou chaque objet revêt un des deux grands aspects Yin ou Yang, mais dans chacun de ses aspects se trouve également une partie énergétique de son aspect opposé et complémentaire.

Principes de la médecine chinoise

En médecine, les activités organiques, l’apparition et la disparition de la maladie sont aussi liées aux interaction des énergies Yin et Yang.

Pour circuler dans le corps, l’énergie humaine emprunte des voies nommées « méridiens ». Ils forment de véritables lignes de forces qui relient entre eux les points d’acupuncture où l’énergie arrive, afflue et se concentre. C’est à cet endroit que l’énergie peut être traitée par les aiguilles d’acupuncture et rétablir un équilibre « Yin-Yang » satisfaisant.

Mode d’action

Question habituelle : comment les aiguilles, qui ne contiennent aucun produit, peuvent-elles soulager la souffrance des organes, équilibrer les troubles des fonctions du coprs, et apaiser le stress des êtres épuisés ?

Les aiguilles d’acupuncture agissent sur le système nerveux en activant les grosses fibres sensitives qui embrouillent et perturbent le mécanisme de la transmission de la douleur. Comme si les aiguilles permettaient d’agir sur la fermeture d’une porte pour éviter le passage de courant d’air.

En outre, la mise en place des aiguilles déclenche une série de réactions biochimiques. La blessure localisée provoque une réponse vasculaire à travers des médiateurs chimiques : histamine, kinine, etc.

L’acupuncture est également responsable d’une libération accrue de peptides morphinomimétiques endogènes (enképhaline et endorphines). Ces médiateurs biochimiques transportent un message vers le centre du système nerveux autonome et à l’hypothalamus par la voie humorale.

La réaction naturelle du corps

L’exemple suivant permet de compréhendre le mécanisme et de l’efficacité de l’acupuncture : lorsque l'aiguille (un corps étranger) pénètre dans l’organisme à travers la peau, les centres nerveux sont immédiatement informés et réagissent par réflexe pour éliminer l’agent agresseur qui provoque l’inflammation et la douleur. Si une poussière pénètre dans l’œil, le réflexe de clignement des paupières a pour but d’éliminer le corps étranger. Si cette action réflexen’arrive pas à éliminer la poussière, l’organisme met en jeu une deuxième réaction de défense au moyen de production de larmes pour aider l’œil à retrouver son état et son bien-être antérieur. C’est-à-dire que « l’usine biochimique » du corps, sous les ordres du système nerveux autonome, produit des moyens de défense supplémentaires (larmes) pour rétablir naturellement l’état initial.

Les aiguilles d’acupuncture se comportent comme un agent régulateur qui informe le système nerveux et lui demande de venir en aide à l’organe malade, en envoyant « des soldats » sur la zone malade, afin d’aider à éteindre le feu (l’inflammation, la douleur).

Des modifications bioélectriques de l’organisme

L’acupuncture harmonise également le rétablissement énergétique du corps. Le point d’acupuncture présente des potentiels électriques cutanés produits par le corps lui-même. Au niveau du point d'acupuncture, on note une chute très importante de la résistance ou de l’impédance cutanée. L’introduction du métal dans le milieu intérieur du corps déclenche un processus ionique : le corps humain pourrait être considéré comme un sac d’électrolytes, l’introduction d’une aiguille métallique produirait une modification de la répartition électronique sous-jacente.

Mais ce que cherchent les patients, c’est l’efficacité de ce traitement. Le résultat dépend avant tout d’une application correcte d’un certain nombre de séances de cette thérapeutique millénaire.

Les indications d’acupuncture

Elles sont très nombreuses et ne peuvent se poser qu’en fonction d’un diagnostic aussi précis que possible. Nous citerons les principales d’entre elles :

Il n’existe pas de contre-indications ni d’effets secondaires au traitement par l’acupuncture. Chaque séance procure une sensation de bien-être, une amélioration de la résistance de l’organisme face aux agressions physiques, psychiques et environnementales.

Aujourd’hui comme hier, l’acupuncture continue à confirmer sa vraie place parmi les moyens thérapeutiques efficaces dont une médecine moderne et de qualité doit disposer.

Basé sur l'article de :
Emmanuel Khalatbari

Paru dans Mutuelle & Santé n° 65

Télécharger l'article original au format pdf

Haut de page