Covid-19 : au Centre Léon-Bérard, le cancer reste prioritaire

Au Centre Léon-Bérard tout a été mis en œuvre rapidement afin d’éviter des retards de prise en charge dans le traitement du cancer.

Le Centre Léon-Bérard, centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes, s’est organisé dès le début de l’épidémie pour assurer une prise en charge optimale des patients atteints de cancer, qu’ils soient récemment diagnostiqués, en cours de traitement ou en suivi, sans perte de chances pour eux.

Une situation inédite à appréhender

« Le cancer, comme les autres maladies chroniques, n’a pas disparu avec la pandémie. Le cancer continue de tuer. Aussi avons-nous tout mis en œuvre afin d’éviter les retards de prise en charge qui auraient pu être très dommageables pour les patients. » Dès le début de cette crise sanitaire sans précédent, le Pr Jean-Yves Blay, directeur général du Centre Léon-Bérard (CLB) et président d’Unicancer, le réseau des CLCC, et Sophie Beaupère, déléguée générale d’Unicancer, se sont mobilisés au plan local et national pour que la prise en charge du cancer reste optimale. Au CLB, alors que les visites aux patients avaient été limitées dès la fin février, un contrôle des entrées de l’hôpital est mis en place à partir du 20 mars. Pendant le confinement, chaque personne devra se laver les mains avec une solution hydroalcoolique, porter un masque, répondre à quelques questions. Enfin, la température des patients sera contrôlée par un soignant. Parallèlement, les visites aux malades, interdites jusqu’à début juin, sont dorénavant régulées. De même, les accompagnants, qui ne pouvaient plus entrer dans l’établissement, ont été tolérés au fur et à mesure de l’évolution de la situation. Ces dernières mesures, très souvent mal vécues par les proches comme par les patients, ont cependant permis de limiter la propagation du virus à l’intérieur de l’établissement pour éviter qu’il ne touche les plus fragiles. Ainsi, pendant la période de confinement, moins de 0,5 % des patients admis au CLB ont été testés positifs à la maladie Covid-19.

Le CLB a pu maintenir les soins curatifs urgents et la prise en charge des patients, nouvellement diagnostiqués ou en suivi, grâce à une réorganisation inédite et agile de son activité : reprogrammation des interventions (notamment celles nécessitant une réanimation) et examens non urgents, recours à la téléconsultation, intensification du nombre de chimiothérapies faites à domicile, création d’une ligne téléphonique dédiée… Faut-il démarrer le traitement, peut-on le repousser, quelles pourraient être les autres alternatives, ou encore doit-on prendre en urgence un patient venant d’un autre établissement et qui ne peut se faire opérer faute de place dans cet établissement… ? Chaque jour, une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) spéciale Covid-19 a permis aux médecins de partager les décisions thérapeutiques et d’optimiser la prise en charge des patients non Covid-19.

Un secteur spécifique a pu accueillir et tester les patients présentant les symptômes de la Covid-19 tandis qu’un service d’hospitalisation conventionnelle dédié admettait les patients ayant une forme grave de la maladie.

Une prise en charge à domicile gagnante pour assurer la continuité des soins

Depuis trente ans, le Centre Léon-Bérard développe des partenariats forts avec les professionnels libéraux : médecins généralistes, infirmiers et pharmaciens d’officine de toute la région Auvergne - Rhône-Alpes qui interviennent au domicile de ses patients. En s’appuyant sur ce réseau solide, le CLB a pu ainsi assurer la continuité des soins grâce à son service de coordination des soins à domicile (Département de coordination des soins externes et des interfaces). Chaque jour, des patients ont pu recevoir leur chimiothérapie à domicile, et ceux atteints par une forme peu sévère de la maladie Covid-19 ont pu être suivis chez eux, évitant ainsi tout déplacement.

Sécuriser les patients atteints de cancer à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôpital et éviter la propagation du virus : cet objectif allait de pair avec la sécurisation des professionnels de santé libéraux. « Le CLB a pris ce sujet essentiel à cœur dès le début de la crise. Le Centre Léon-Bérard, son équipe d'hygiène, son service dédié aux soins externes et moi-même sommes alors allés à leur rencontre, pour co-construire de bonnes pratiques organisationnelles et d’hygiène en dehors de l’hôpital », indique Christelle Galvez, directrice des soins du CLB. Des kits de matériels nécessaires (composés de masques, lunettes, sur blouse…) étaient assemblés au CLB et confiés aux patients pour eux-mêmes et les professionnels libéraux. Cette stratégie gagnante reste d’actualité, et le restera encore plus que jamais dans les mois qui viennent tant que la distanciation sociale, les gestes barrières et la protection des plus faibles seront encore la règle.

Covid-19 et cancer : deux nouvelles recherches lancées début avril

ONCOVID-19, étude épidémiologique collaborative nationale coordonnée par le CLB, a pour but de suivre l’évolution des patients atteints de cancer en cours de traitement et présentant des symptômes de la Covid-19. « L’objectif principal est de recueillir le plus de données possible sur cette maladie chez les patients atteints de cancer afin d’évaluer le risque de complications dues à l’infection par ce virus sur cette population en particulier », indique le Pr Blay à l’initiative de ces deux essais.

ImmunONCOVID-20 est une étude clinique pour les patients touchés par le cancer et la Covid-19. Coordonnée par le CLB, elle permet de comparer trois traitements associés au traitement standard actuellement proposé  : une immunothérapie afin de booster le système immunitaire, un dérivé de la chloroquine, le GNS561, qui est testé actuellement comme thérapie anti-cancer et pour lequel nous avons déjà des données sur la toxicité, et un anticorps, le tocilizumab, afin de freiner l'emballement immunitaire. Ces traitements sont administrés selon le niveau de gravité des symptômes de chaque malade. Les patients sont répartis dans deux cohortes :

  • la première réunissant les patients ayant des symptômes légers pour lesquels sont proposés le traitement standard ou le GNS561 ou l’immunothérapie,

  • la seconde regroupe les patients présentant des symptômes de pneumonie. Ils reçoivent le traitement standard ou le GNS561 ou l’anticorps. Un appel à dons a été lancé pour permettre le financement de ces protocoles de recherche.

Pour faire un don, rendez-vous sur notre site internet www.centreleonberard.fr et cliquez sur “Faire un don”, en haut à gauche.

Pour en savoir plus sur l’organisation mise en place au Centre Léon-Bérard et suivre notre actualité : www.centreleonberard.fr

Haut de page