La rosacée

La rosacée est une maladie de la peau inflammatoire chronique qui se caractérise par une atteinte des vaisseaux de la peau du visage. Elle atteint environ un million de Français.

La rosacée est une maladie de la peau inflammatoire chronique qui se caractérise par une atteinte des vaisseaux de la peau du visage. Elle atteint environ un million de Français

Cette maladie évolue par poussées et peut régresser spontanément après plusieurs années d’évolution. Le plus souvent, elle évolue vers une aggravation progressive.

Sa cause exacte n’est pas connue, mais des facteurs favorisants sont souvent retrouvés. Cependant, contrairement aux idées reçues, la rosacée n’est pas due à l’alcool  par contre, l’alcool est un facteur aggravant.

La population féminine la plus touchée

La rosacée touche le plus souvent des adultes de 30 à 50 ans, mais des cas avant l’âge de 20 ans sont décrits. Elle affecte plus souvent la femme (2 cas sur 3), avec une atteinte préférentielle des joues et du menton  les lésions seraient plus sévères chez l’homme, avec une atteinte plus fréquente du nez. La rosacée atteint plus souvent les personnes à peau claire. Des antécédents familiaux sont souvent retrouvés.

Les patients se plaignent de sensations de brûlures ou de picotements du visage.

Chez cette patiente, les joues, le nez et le menton sont le siège d’un érythème parsemé de papules et pustules.

Les lésions cutanées caractérisant la rosacée peuvent être isolées ou associées entre elles et comprennent :

La rosacée peut atteindre aussi les yeux, parfois avant l’atteinte cutanée ou en même temps. Elle provoque une conjonctivite, une blépharite (inflammation des paupières), une kératite (inflammation de la cornée), parfois même des ulcères de la cornée.

Elle entraîne alors les symptômes suivants : larmoiement des yeux, qui sont injectés de sang, gonflement et rougeur des paupières, présentant sur leurs bords de petits vaisseaux apparents, sensations de corps étranger, de démangeaison, de brûlure et de piqûre au niveau des yeux, yeux secs, sensibilité anormale à la lumière et vision trouble.

En cas d’apparition de ces derniers signes, il est important de consulter un ophtalmologiste.

Exemples de lésions cutanées.Illustration : Persomed/J. Dasic
Exemples de lésions cutanées.Illustration : Persomed/J. Dasic

Ce qu’il ne faut pas faire en cas de rosacée

  • éviter les corticoïdes sur la peau : les crèmes à base de cortisone déclenchent ou aggravent la rosacée,

  • éviter les aliments épicés, les boissons chaudes (café, thé), l’alcool, l’exposition solaire, les cosmétiques occlusifs et astringents,

  • éviter de s’exposer au froid ou à la chaleur (sauna, hammam),

  • éviter tout massage, gommage, peeling de la peau.

Cette patiente présente une couperose sur les joues (vaisseaux bien apparents).

Ce qu’il faut faire

  • nettoyer la peau sans l’agresser, avec un pain dermatologique ou une lotion sans rinçage adaptée,

  • appliquer une crème adaptée pour la rosacée, non grasse,

  • appliquer une protection solaire (fluide, d’indice 30 au moins),

  • pour le maquillage, utiliser des produits non occlusifs adaptés aux peaux érythrosiques ou couperosiques.

Quels sont les traitements de la rosacée ?

  • Pour traiter l’érythème ou la couperose, le traitement fait appel au laser vasculaire (traitement effectué en plusieurs séances espacées, non remboursé par l’Assurance maladie).

  • En cas de papules ou de pustules peu importantes, appliquer sur la peau matin et soir un antibiotique, le métronidazole, sous forme de crème, d’émulsion ou de gel.

  • Pour les formes plus sévères, un traitement par voie orale est indiqué sous la forme d’un antibiotique: tétracyclines.

  • Les formes hypertrophiquessont traitées par laser ou chirurgie.

Haut de page