Avant de dormir

"Pour bien s’endormir, il faut que la température du corps descende.", rappelle le Dr Sandrine Launois-Rollinat. Prendre sa douche le soir ne pose pas de problème, mais prendre une douche trop froide peut gêner l’endormissement : "si on prend une douche froide, le corps réagit en produisant de la chaleur."

Le sport aussi peut faire augmenter la température du corps. "C’est pour ça qu’on recommande aux gens qui ont des difficultés d’endormissement de ne pas faire une activité physique trop importante dans la soirée."
Le Dr Launois-Rollinat rappelle néanmoins qu’en matière de sommeil, "chacun est différent et doit trouver ce qui lui convient le mieux. "
La règle qui vaut pour la majorité des gens, c’est : « pas d’activité physique intense dans la soirée », mais il y a plein de gens qui dorment beaucoup mieux quand ils ont été à la piscine, quand ils ont fait un match de foot ou quand ils ont été danser."

Nous avons posé votre question à Sandrine Launois-Rollinat, médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
"On recommande qu’il fasse 18-19°C dans la chambre pour bien dormir, mais il y a des gens qui aiment bien dormir sans couverture, il y a des gens qui aiment bien dormir complètement emmitouflés… Dans ce cas, 19°C, ce sera peut-être trop pour eux. Ce sont des préférences individuelles, et les gens doivent faire exactement comme ils veulent", explique le Dr Sandrine Launois-Rollinat.

De manière générale, explique Georges Scudeller, "on devrait avoir une température de la chambre plus basse que celle de la salle à manger". L’évolution de la température au cours de la nuit joue aussi rôle dans la qualité du sommeil, ajoute-t-il : "la température baisse en début de nuit, jusqu’à être au plus bas vers 4h du matin, et remonte ensuite."
Ces variations de températures font partie du cycle nocturne/diurne sur lequel notre organisme est réglé, et on devrait les retrouver dans nos chambres à coucher.

Sandrine Launois-Rollinat est médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
Georges Scudeller est naturopathe à Rennes.
Nous leur avons posé vos questions séparément.
Oui. "Pour bien s’endormir, il faut que la température du corps descende," répond le Dr Sandrine Launois-Rollinat.

C’est pour cela qu’on déconseille par exemple de prendre une douche trop froide avant de se coucher, car le corps réagit en augmentant sa température. "L’autre chose qui peut faire augmenter la température du corps," explique aussi le Dr Launois-Rollinat, "c’est l’exercice physique : c’est pour ça qu’on recommande aux gens qui ont des difficultés d’endormissement de ne pas faire une activité physique trop importante dans la soirée."

Nous avons posé votre question à Sandrine Launois-Rollinat, médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
"Je ne suis pas contre, on a cette notion de fraîcheur qui va aider à passer une bonne nuit," répond Georges Scudeller.
Notre organisme fonctionne en se basant sur les signaux envoyés par notre environnement au long de la journée et de la nuit. Ainsi, nous sommes sensibles à l’évolution de la température au cours de la nuit : "la température baisse jusqu’à 4h du matin, et remonte ensuite," explique-t-il. Dormir avec la fenêtre ouverte peut aider à percevoir ces variations.

Le Dr Sandrine Launois-Rollinat rappelle à quel point les conditions pour bien dormir sont avant tout une question de préférence personnelle : "si vous aimez dormir la fenêtre ouverte : oui. Si vous n’aimez pas dormir la fenêtre ouverte : non."

Sandrine Launois-Rollinat est médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
Georges Scudeller est naturopathe à Rennes.
Nous leur avons posé vos questions séparément.
"Vous connaissez des personnes qui ont toujours chaud, d’autres qui ont toujours froid : on est sur des aspects de constitution, ou liés à la circulation. C’est lié au fonctionnement des individus et à la qualité de l’équilibre de leur système artério-veineux," explique Georges Scudeller.

De manière générale, on s’endort bien lorsque la température du corps descend. "On ne va pas forcément changer la constitution des gens, par contre on peut essayer de la réguler, mais on rentre dans des domaines où les conseils sont extrêmement personnalisés, » prévient-il.

"Si on a tendance à dépenser beaucoup d’énergie, donc à avoir un corps qui est très chaud," cela peut-être une gêne à l’endormissement. Dans ce cas, indique-t-il, "on va peut-être limiter l’apport de matière énergétique, comme les sucres rapides et les matières grasses strictement énergétiques."

Nous avons posé votre question à Georges Scudeller, naturopathe à Rennes.
Les aliments consommés tout au long de la journée peuvent avoir un impact sur l’endormissement et le sommeil, mais dans le cas du sel ou du sucre "il n’y a aucune preuve scientifique que ça a un impact quelconque," répond le Dr Sandrine Launois-Rollinat.

Nous avons posé votre question à Sandrine Launois-Rollinat, médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
"Pour bien dormir, il faut être bien installé," énonce le Dr Sandrine Launois-Rollinat. "Évidemment, après trois nuits blanches vous allez dormir même assis dans le métro… mais pour bien dormir, il faut être dans une pièce silencieuse, où il y a de l’obscurité, et où on se sent en sécurité et où on est bien installé sur un matelas et un oreiller confortables, dans des vêtements confortables."

"Les gens qui consultent pour une insomnie, ce n’est jamais en changeant le matelas qu’on règle le problème," prévient-elle, "mais il faut regarder toutes ces choses-là : est-ce qu’il ne fait pas trop chaud, trop froid, est-ce qu’il n’y a pas trop de bruit, trop de lumière…"

Pour autant, il s’agit de règles générales, et les préférences de chacun ne doivent pas être ignorées. "En général, les gens savent d’eux-mêmes ce qui améliore leur sommeil ou pas. Certaines personnes aiment bien avoir un peu de lumière, d’autres préfèrent l’obscurité totale… Ces particularités individuelles ne sont pas du tout du domaine de la médecine, c’est du domaine de la personnalité, de l’histoire de vie, des préférences… Il ne faut pas essayer de changer ça."

"Les conditions sont essentiellement la température, la lumière et le bruit. Certaines personnes sont très sensibles aux odeurs, et s’il y a des mauvaises odeurs, par exemple près d’usines chimiques, ça peut empêcher de dormir parce que c’est désagréable", résume Sandrine Launois-Rollinat, avant de conclure : "Pour pouvoir dormir, il faut se sentir bien."

Nous avons posé votre question à Sandrine Launois-Rollinat, médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
Pour s’endormir, il faut que la température du corps baisse. Or, l’exercice physique fait monter la température du corps, "c’est pour ça qu’on recommande aux gens qui ont des difficultés d’endormissement de ne pas faire une activité physique trop importante dans la soirée", explique le Dr Sandrine Launois-Rollinat. Comme souvent en matière de sommeil, il existe des règles générales, mais elles varient selon les personnes. "Vous avez plein de gens qui dorment beaucoup mieux quand ils ont été à la piscine, quand ils ont fait un match de foot ou quand ils ont été danser", ajoute-t-elle.

"Ce n’est pas le sport qui empêche de dormir," rappelle Georges Scudeller. "C’est bon d’avoir cette dépense énergétique, mais le soir, il va falloir du temps pour que la température descende à un niveau normal et permette un bon endormissement." "L’activité physique plus tôt dans la journée, c’est très bon," acquiesce Sandrine Launois-Rollinat. "Ça augmente le sommeil profond, ça accélère l’endormissement. L’idéal pour quelqu’un qui ne dort pas bien, c’est de faire une activité physique régulière à la lumière du jour, et plutôt le matin, si c’est possible."

Georges Scudeller estime pour sa part qu’"une activité sportive en fin de journée est bonne, parce qu’on va « griller » tout l’apport calorique de la journée qui n’a pas encore été dépensé. Mais il ne faut pas prendre une barre ou une boisson énergétique, ou faire un repas pantagruélique pour compenser, en sortant de la salle de sport. Les produits énergétiques produisent de la chaleur. C’est le meilleur moyen pour passer une mauvaise nuit ! Le corps est échauffé, on n’a pas digéré et on a repris de l’énergie…"

Sandrine Launois-Rollinat est médecin somnologue au centre du sommeil CEREVES, à Paris.
Georges Scudeller est naturopathe à Rennes.
Nous leur avons posé vos questions séparément.
Haut de page